Parc national des Cévennes
-A +A
Share

L'agriculture biologique

Les partenaires de la charte du Parc national se sont engagés à privilégier l'agriculture biologique sur le territoire, en accompagnant techniquement et financièrement les agriculteurs vers la certification et en soutenant le développement de la demande des consommateurs.

Si l’agriculture, notamment en cœur de Parc, est relativement peu consommatrice d’intrants chimiques comparativement aux moyennes nationales, l’intensification des pratiques sur certaines filières ou dans certaines zones peut avoir des impacts non négligeables, notamment sur l’eau, tant du point de vue quantitatif que qualitatif. L’enjeu est donc de préserver les pratiques respectueuses de l’environnement grâce à une reconnaissance officielle et à une meilleure valorisation. Plus qu’ailleurs encore, le mode de production biologique apparaît comme un levier pour accroître la durabilité de l’agriculture locale.

Information et partage d’expériences
 

De décembre 2013 à juillet 2014, l'OIER Suamme***, Sud et Bio et les chambres d'agriculture du Gard et de la Lozère ont réalisé un état des lieux des filières "bio" sur le territoire du Parc national. Ce travail a mis en lumière un fort besoin d'animation du territoire autour de l’agriculture biologique. Ce mode de production étant minoritaire (environ 20 % des exploitations) et générant des interrogations sur les plans technique et économique, les agriculteurs avaient besoin d’être accompagnés et d’avoir des références locales pour engager une conversion en "bio". Les agriculteurs produisant en "bio" étant par ailleurs peu nombreux, il était difficile d'échanger avec eux, et ce d'autant plus que les déplacements dans le Parc national se traduisent par des temps de trajet longs.

Aussi, de 2014 à 2016, l’établissement public du Parc a mis en oeuvre des actions d’information, de formation et d’échanges à l’intention des agriculteurs mais aussi des élus et des habitants, au nombre desquelles :

- un travail de structuration des filières "châtaigne " et "fourrage" ;
- un accompagnement des changements de pratiques agricoles (journées "portes ouvertes" chez des producteurs bio, lancement d'expérimentations dans la culture des oignons doux et la  viticulture,
- des journées de sensibilisation du grand public (Les ateliers de la bio),
- des incitations financières,
- une mobilisation des élus (voyage d'études dans la BioVallée de la Drôme).

 

*** Organisme inter-établissements du réseau des chambres d'agriculture - Service d'utilité agricole montagne méditerranéenne élevage

Les ateliers de la bio (2015). Crédit : Catherine Dubois - PNC
Les ateliers de la bio (2015) : atelier permaculture animé par Pierre Buchberger. Crédit : Catherine Dubois - PNC

La 2e édition de la Fête de la bio